03/05/2020.

Amélioration d’un pied à coulisse numérique

Je possède ce pied à coulisse numérique depuis une dizaine d’années. Il est d’un modèle très courant, bien qu’une recherche rapide montre des modèles dépourvus de la fonction de mesure Relative / Absolue qui peut être bien pratique. Je m’en sers peu. Il fonctionne bien, mais il a un défaut assez pénible : il consomme de la pile, même afficheur éteint. En gros, que je l’utilise ou pas, il faut la changer tous les trois mois ! La touche ON/OFF n’y change rien.

Pied à coulisse numérique

La solution de facilité est d’enlever la pile après chaque utilisation, mais ce n’est guère pratique. J’en ai eu vite assez, c’est pourquoi j’ai étudié la possibilité d’y installer un interrupteur, un vrai !

Cahier des charges

Mon cahier des charges — terme bien pompeux ici — était assez simple : le moins de modification possible, le moindre encombrement. L’emplacement idéal est derrière le petit volet qui cache un connecteur pour transmettre les données, possibilité que je n’utilise pas, comme la plupart j’imagine. Restait à s’assurer que l’intervention était possible sans risque et sans trop de difficulté.

Quel interrupteur utiliser ?

Il faut un modèle à glissière, à deux positions, unipolaire, de très faible encombrement. Voici un choix possible de modèles adaptés.

Diagramme de l’interrupteur ALPS SSSS912500

Voici les caractéristiques de cet interrupteur (data sheet en pdf). Son encombrement est de (L × l × h) 9 × 4,7 × 5,5. NB : celui que j’ai utilisé ne fait que 3,5 mm de large, mais je n’ai pas pu retrouver ce modèle.

Diagramme de l’interrupteur C&K OS102011MS2QN1C

Voici ses caractéristiques. Ses dimensions sont quasi identiques au précédent. Il faudra seulement couper les broches de boîtier. On peut le trouver chez TME.

Démontage du pied à coulisse

Avant toute chose, il faut enlever la pile, ainsi que le volet du connecteur.

Le boîtier électronique se démonte par cinq vis cachées derrière l’étiquette, qu’il faut décoller. Cela se fait bien en glissant une lame de cutter.

Dégagement des vis du boîtier

Il y a quatre vis pour plastique (rouge) et une pour métal (jaune), au niveau de la molette.

Vue des vis de fixation

L’ouverture laisse apparaître le circuit imprimé qui est lui-même fixé par quatre petites vis.

Fixation du circuit imprimé

Les boutons poussoirs et l’afficheur sont reliés au circuit par des contacts en caoutchouc. Pas de souci à ce niveau, mais il faut éviter de toucher ces contacts et ceux du circuit imprimé (en forme de peigne) pour ne pas les encrasser. Il faut enlever ces composants pour intervenir sur le boîtier. Repérer en particulier la position de l’afficheur avant de l’enlever.

Préparation du boîtier

En fonction de la largeur de l’interrupteur disponible, il va falloir agrandir plus ou moins l’ouverture du cache du connecteur.

Usinage du boîtier

Usinage du boîtier

Préparation du circuit

Le contact central de pile doit être dessoudé, car il sera désormais connecté via l’interrupteur. Il est maintenu en place par un morceau d’adhésif double-face, et tourné de 90° pour que la liaison par fil soit la plus courte possible et ne traverse pas le logement de pile.

Déplacement du contact central de pile

Placement et soudage de l’interrupteur

L’interrupteur est soudé au bord de la carte par ses broches extrêmes sur les pistes extérieures du connecteur (flèches). Seule celle située à gauche sur la photo a une fonction électrique ; celle de droite ne sert qu’au maintien mécanique. Ce maintien est néanmoins léger et il faudra manipuler l’interrupteur avec douceur !

Soudage de l’interrupteur

La broche centrale est raccordée au contact de pile par un petit fil de la section la plus faible possible. J’ai utilisé du fil souple de diamètre extérieur 0,5 mm. Vue d’ensemble.

Vue du circuit modifié

Attention : dans mon interrupteur, les broches sont disposées en triangle. Si elles sont alignées, il faut courber la broche centrale et isoler les pistes du circuit qui se trouvent en dessous.

Si vous voyez des soudures sur d’autres pistes, c’est à cause d’essais que j’ai faits avant de m’apercevoir qu’il n’y avait rien à charcuter ! Mais cela dépendra évidemment du circuit imprimé de votre pied à coulisse.

Remontage et essai

Il n’y a rien de particulier à signaler. Un conseil peut-être évident, mais on ne sait jamais : pour le circuit imprimé comme pour le boîtier, ne bloquer — modérément — les vis qu’après les avoir toutes mises en place et vissées sans les serrer.

La pile dure depuis des années maintenant…

Appareil remonté

Commutateur à glissière
Pos: 2; SPDT; 0,1A/12VDC; ON-ON;
2,06 € TTC les 5, prix 2020
chez TME.