29/09/2020.

Des lanternes amovibles (suite)

Montage d’un circuit de validation

Je viens de recevoir les connecteurs ! Ils sont vraiment très petits ! À côté, un support de circuit intégré DIL fait figure de monstre !

Les connecteurs au pas de 1 mm

Je fabrique rapidement un circuit d’essai, fraisé à l’anglaise. Ça fonctionne : la lanterne s’enfiche facilement dans le connecteur. Pour la luminosité recherchée, un courant de 0,6 mA est suffisant. La chute de tension correspondante de la LED est de 1,72 V. Une résistance de 18 kΩ devrait convenir pour deux lanternes en série.

Vue de face du circuit de test

Cliquez sur l’image pour zoomer.

Vue arrière du circuit de test

Cliquez sur l’image pour zoomer.

Préparation de la voiture cobaye

J’ai choisi une voiture couchettes UIC B9c9x REE pour le premier essai d’installation. Sa réglette d’éclairage est en place, et elle a un emplacement pour la résistance de limitation des LED des lanternes.

Pour effectuer des perçages de ø 0,4 distants de 1 mm sur les bouts de la voiture, avec une bonne précision, il faut clairement un gabarit.

Fabrication et utilisation du gabarit de perçage

Il est conçu pour se caler sur l'intercirculation de la voiture, une fois les bourrelets UIC enlevés, ce qui est très facile. Il est en époxy de 0,8 mm ; du 1,6 aurait été mieux pour le guidage du foret. Les encoches visibles sur le haut sont le résultat d’un tâtonnement, elles sont inutiles.

Gabarit de perçage et guide de montage

Mise en place du gabarit. J’ai retiré la réglette d’éclairage et le faux plafond pour avoir un peu plus de dégagement.

Mise en place du gabarit sur la voiture

Les perçages du dossier sont faits avec un foret ø 0,4 en acier rapide (trop de risque de casser un foret carbure), à main levée avec mini perceuse. Mais la souplesse de ce foret fait que deux trous ne sont pas bien perpendiculaires. Rattrapage avec équarrissoir.

Perçage avec le gabarit

Résultat : les trous sont vraiment peu visibles, n’est-ce pas ?

Résultat des perçages

Cliquez sur l’image pour zoomer.

Montage du circuit imprimé

Après plusieurs essais infructueux, car il est très difficile de faire coïncider les trous de la caisse et ceux du circuit, je fabrique un guide : une tige de maillechort ø 0,4 dont les bouts sont chanfreinés, pliée en U de 1 mm de large, soudée sur un bout d’époxy.

Guide de montage

Le guide est positionné dans les trous de la caisse. Je parviens à embrocher le circuit dessus par l’arrière. Il sera ainsi parfaitement aligné.

Pose du guide de montage

Après ce premier essai, je modifie le circuit : j’enlève la résistance et je soude deux fils souples. Je pose un adhésif double face. Une fois le circuit embroché sur le guide, le papier protecteur de l’adhésif est enlevé, et le circuit est pressé contre la paroi. Le guide est retiré. Les fils sont soudés sur la réglette.

Essai avec une lanterne

Tout est en place pour l’essai. Il ne manque que la lanterne.

Essai avec lanterne

Début d’insertion de la lanterne. Les contacts ne sont pas encore alimentés.

Essai avec lanterne

Progression de l’insertion : la lanterne s’allume.

Essai avec lanterne

Fin de l’insertion : la lanterne est en place.

Essai avec lanterne

Cliquez sur l’image pour zoomer.

Préparation du circuit imprimé définitif

Ces essais m’ont permis entre autres de constater que le circuit prévu était trop large et se coinçait vers l’extérieur.

Je peux donc corriger et valider le dessin du circuit définitif, que je vais faire graver par un prestataire. En fait, ce circuit se compose de deux parties, droite et gauche, qui seront séparées après montage des composants.

Dessin du circuit définitif

NB : les résistances visibles sont a priori inutiles, mais elles permettront un emploi plus général du circuit. Je rappelle qu’il peut aussi être utilisé pour des fanaux incorporés (voir LED H3 et H4).

À suivre : réception et montage des circuits définitifs sur d’autres voitures.