27/06/20207/07/2020.

Montage de l’attelage

Préparation d’une barrette mâle

On peut acheter directement des barrettes à 4 contacts, mais on peut aussi en choisir des plus longues et les couper à volonté. Cependant, le prix de revient ne sera pas forcément plus intéressant. Attention : ces barrettes paraissent sécables, mais la rupture est un peu aléatoire ; il vaut mieux les scier (bocfil).

Pour le problème des broches coudées à 90°, on peut envisager deux solutions :

La deuxième solution est bien préférable (en montage manuel !), pour un prix à peine supérieur. De plus, la longueur utile des broches est plus grande : 3,7 au lieu de 2,6, comme le montre cet extrait de la documentation constructeur.

Barrettes mâles Connfly

Soudage d’un connecteur

Le soudage ne présente pas de difficulté particulière. Il faut simplement veiller au bon alignement par rapport au support.

Test du connecteur

Une fois les deux parties connectées, deux tests sont à faire, tous deux avec un testeur de continuité :

Premier exemplaire terminé

Parties séparées

Pièces du connecteur séparées

Parties assemblées

Pièces du connecteur assemblées

Exemple de mise en œuvre

Voitures TEE PBA et Mistral

La difficulté est ici de remplacer des attelages « prototypes » déjà installés par les nouveaux, sans tout démonter. Ici, il n’y a besoin que de trois fils sur les quatre possibles.

Je note que les plages à souder sur les queues sont un peu petites, mais on y arrive quand même. Il faut commencer par le ou les fils qui seront sur la face inaccessible une fois le connecteur monté dans le boîtier NEM, ici le fil jaune.

Les soudures doivent être les plus fines possibles. Si elles dont trop épaisses, une solution « à la cosaque » sera de les aplatir avec une pince plate.

Soudage du premier fil

Pour les autres fils, il est possible de les souder comme le premier, ou bien lorsque le connecteur est en place. Attention dans ce cas à ne pas toucher le boîtier NEM !

Soudage des autres fils

Problèmes rencontrés

L’accouplement entre deux voitures posées sur leurs roues est possible en visant bien, mais sans pouvoir engager les clips à fond : il faudra prévoir une paire de brucelles pour cela.

Concernant la séparation (dételage) : ce n’est pas le bon côté qui est sorti en premier. Cela est dû au fraisage non conforme des queues d’hirondelle. Remède simple : une cale en Evergreen de section 1 × 2 mm, biseautée et insérée entre les deux moitiés de la queue.

Cale anti-arrachement et lien anti-casse

La cale se trouve en 1. Un lien 2 empêche les fils de travailler au niveau de leur soudure et évite ainsi leur casse.

En tenant compte de ces remarques, j’ai modifié les fichiers de fabrication pour le cas où il faudrait relancer une nouvelle série.

Conclusion

Finalement, malgré les petites imperfections, j’ai validé l’objet et entrepris la fabrication d’une vingtaine d’attelages (sur les cinquante commandés).

Fabrication en série

J’oubliais un détail : le prix. En tenant compte des frais de transport et de douane (car l’envoi de Chine a été taxé), le prix total des pièces, circuits imprimés et connecteurs, s’élève à 1,25 € pour équiper une voiture. Qui dit mieux ?