19/03/2020.

Travail avec KiCad Eeschema

Lancement de KiCad

Je passe sur l’installation de ce logiciel, classique et sans surprise.

Je double-clique sur l’icône du bureau ou dans Démarrer… L’écran de gestion de KiCad apparaît, avec différents boutons qui correspondent chacun à une étape du travail ou à un outil particulier : schéma, circuit, calculs divers, vérifications, etc.

Lancement de Eeschema

Je veux bien sûr d’abord dessiner le schéma, donc je clique sur l’icône de Eeschema. Ici, le projet a déjà été créé, d’où la présence de fichiers ou de dossiers dans l’explorateur situé à gauche.

Bouton de lancement de Eeschema

Et là… il ne se passe strictement rien, l’écran est figé, je ne peux même pas déplacer le curseur de souris. J’attends… rien. Je suppose que le logiciel s’est planté, je fais donc un Control+Maj+Suppr qui tue, et je relance. Même chose, sauf que je suis plus patient. Et au bout d’un temps certain, ça y est !

Je comprendrai plus tard qu’il y a un tas de bibliothèques (que le logiciel nomme librairies par anglicisme) à charger. Mais je pense qu’il devrait y avoir une fenêtre qui indique de patienter en cours de chargement. Ça éviterait des inquiétudes, surtout au début.

Ces longs temps de chargement apparaissent à plusieurs étapes de l’utilisation de Kicad. Ils sont peut-être dus au fait que mon ordinateur n’a que 4 Go de RAM…

Placement des symboles

Pour commencer à travailler, il faut cliquer sur le bouton représentant un amplificateur de différence, à droite de l’écran. Toutes les commandes de placement : symboles, fils, bus et autres sont regroupées sur cette barre d’outils.

Bouton Placer symbole

Ensuite, il ne se passe rien, encore une fois ! Mais c’est parce qu’il faut cliquer à un endroit quelconque de la zone de dessin. Alors, une liste de bibliothèques va apparaître.

Message de chargement de la bibliothèque

Apparition des bibliothèques

Les noms de la liste sont ceux des bibliothèques, pas des composants. Je cherche une bête résistance… Pour cela, je tape « R » dans la ligne du haut.

Sélection dans une bibliothèque

Ô miracle, le premier symbole qui apparaît est bien une résistance ! Un clic sur OK et je peux la placer où je veux.

Bon à savoir tout de suite. Pour certaines manipulations, en mode édition (premier bouton en haut à droite, avec une flèche, ou tout simplement appui sur la touche Echap), il suffit de placer le curseur sur un composant, puis de taper une lettre : R pour faire pivoter (Rotate), M pour déplacer (Move), Suppr pour vous devinez quoi…

Je passe sur les détails : certains symboles ne sont pas si faciles à trouver. Mais on y arrive. Une fois le schéma terminé, avant de continuer, il faut vérifier qu’il n’y a pas d’erreur.

Lancement de la DRC

Affichage des erreurs

Ne pas oublier de cliquer sur Exécuter ! Le lien en bleu pointe sur la ou les erreurs. Un conseil : il faut agrandir suffisamment le dessin pour apercevoir la petite flèche verte qui désigne l’erreur.

Ici, c’est facile : il manque un fil.

Indication de l’erreur