Paint.net (suite)

Créer le calque « ciel » et son dégradé

Créons un nouveau calque. Dans la fenêtre Couleurs, créons une couleur bleue avec R=212, V=232 et B=255 (1). Inversons les couleurs principale et secondaire, et sélectionnons le blanc dans la palette (2). On a donc du blanc en couleur principale et du bleu ciel en couleur secondaire.

Couleurs_définir

Choisissons Dégradé dans la fenêtre Outils. En cliquant au point de départ (en bas) puis en remontant en maintenant le bouton enfoncé, le dégradé apparaît, contenu dans la zone sélectionnée, blanc vers le bas, bleu vers le haut.

Outils_Dégradé

Maintenant, pour éviter le découpage trop net, après avoir désélectionné le ciel, faisons Effets / Flous / Flou gaussien 2 (valeur exacte à tester, disons entre 2 et 4 suivant la taille de l’image, mais 2 donne le plus souvent d’excellents résultats), ce qui a pour effet de flouter la limite du « ciel » en mélangeant les pixels bleus avec des pixels transparents.

effets_flou_gaussien

Masque

Application du dégradé, puis du flou gaussien

Enregistrer en PDN

Pour des raisons de sécurité et aussi pour se réserver la possibilité de revenir sur des modifications, il vaut mieux enregistrer l’image complexe au format propriétaire PDN. Cela peut servir par exemple si l’on s’aperçoit après coup que le masque n’était pas complet et que le « ciel » perfore l’objet photographié !

« Aplatir » l’image

Il reste à supprimer le calque Masque, et à fusionner le calque Ciel avec le calque Arrière plan.

calques_supprimer_fusionner

On peut aussi tout simplement faire Image / Aplatir, mais alors sans contrôle sur l’ordre dans lequel les fusions ou suppressions vont se faire (ça peut avoir son importance).

Effet du flou appliqué sur le ciel : si vous zoomez sur la limite modèle/ciel, vous verrez que cette limite a une transition progressive et non trop nette, ce qui trahirait le « montage » et ne serait pas vraiment esthétique.

Masque

Vue générale agrandie 2 fois.
« Loupes » × 4 ; en haut, sans flou : le crénelage est visible ; en bas, avec flou.

Enregistrer en JPEG

Terminons par un enregistrement en JPEG. Voici le résultat.

Masque

Image finale

Remarque : pour la photo d’automobiles, comme ici, c’est un peu plus compliqué, car il faut réserver un traitement différent aux vitres. Elles sont certes transparentes, mais absorbent de la lumière ; il faut donc assombrir un peu la lumière qui les traverse. Mais il faut aussi conserver des reflets spéculaires, c.-à-d. renvoyés par une surface très lisse comme l’eau ou le verre. C’est ce que j’ai fait ici (voyez le pare-brise).

Voilà terminé ce petit tour dans la photographie. Je ne prétends pas détenir LA vérité, mais une certaine expérience. Je ne prétends pas non plus avoir tout expliqué d’une façon limpide et exhaustive ! Je vous ai laissé un peu de travail… Bon amusement !

Et non « primaire » comme indiqué,
ce qui est un faux-sens ici.