Utilisation

Préparation

On va commencer par régler le tirage de l’objectif et la longueur du tube pour obtenir une diapo cadrée à moins de 100 %, disons 90 %, pour permettre un recadrage, une correction d’alignement et / ou une légère inclinaison : utile pour compenser par exemple un horizon penché sur l’original. J'ai imprimé une grille sur du papier calque, au format 38 × 35 — celui de la diapo avec ses marges —, placée dans un cadre de diapo vide (voir la photo p. 2). Elle me permet de vérifier l'horizontalité du passe-vue et de faire une mise au point au moins provisoire. Elle permet aussi de faire éventuellement une balance des blancs manuelle à l'aide d’un coup de flash.

On monte l’appareil sur pied (pas obligatoire mais plus pratique), ainsi que le flash, qui peut aussi être posé sur son socle ou sur un support quelconque. On place l’écran en polystyrène blanc entre le reprodia et le flash. On raccorde l’appareil et le flash. Ce dernier est réglé en en mode manuel, pour ajuster à volonté la puissance de l'éclair. On fait la mise au point en dirigeant l’appareil vers une source de lumière continue suffisamment forte, lumière du jour ou lampe fluorescente par exemple. Puis on dirige l’appareil vers le flash, on règle le diaphragme de l’objectif autour de f/8, la puissance du flash sur 1/4 et on prend une photo. À l’aide de l’histogramme, on vérifie la sur/sous-exposition, et on corrige en modifiant la puissance du flash ou en l’éloignant de l’écran. Naturellement, lorsqu’on prendra les vraies diapos, une correction différente sera sans doute nécessaire, mais ce premier réglage donne une bonne base de départ.

Remarque : pas besoin de déclencheur souple ou de télécommande, puisque l’appareil, le support et la diapo forment un ensemble rigide et qu’il ne peut donc pas y avoir de flou de bougé !

Voici un croquis montrant de façon très schématique les distances indicatives entre chaque élément du dispositif. C’est évidemment à adapter à chaque cas particulier. Il s'agit ici d’un appareil à capteur APS-C. On voit l’intérêt qu’il y a de choisir une focale assez courte pour limiter l’encombrement. Normalement, un objectif réellement macro n’aura pas besoin de tubes allonges ou de soufflet, puisqu’il est censé atteindre le grandissement 1:1 sans accessoire. J’ai donné les valeurs pour un 28 mm à titre indicatif, car je n’ai pas de 35 mm sous la main.

Croquis de l’installation

Distances
Focale
A B C D
100 mm 100 100 240 150
50 mm 100 100 100 70
28 mm 100 100 40 55

Prise de vue

Si la préparation a été bien faite, on n’aura pas de grosses modifications à faire. Faire cependant attention aux points suivants : vérifier de temps en temps la mise au point, même si, à f/8, la profondeur de champ devrait tolérer un léger déplacement de la diapo. Mais il vaut mieux refaire la mise au point si on change de série et surtout d’épaisseur de cadre. Pour chaque diapo, passer un coup de soufflette sur chaque face avant de la placer dans le passe-vue. Les poussières et les saletés sont en effet les pires ennemies des diapos, et vous verrez qu’il y en a suffisamment de collées sur l’émulsion pour ne pas en rajouter ! Et bien sûr, vérifier l’histogramme après chaque déclenchement pour éviter à tout prix la surexposition.