Extinction des feux rouges avant

Quelles solutions ?

Pour l’extinction des feux rouges, il y a deux solutions envisageables :

J’ai choisi la deuxième solution, avec un petit plus : l’interrupteur sera un ILS (interrupteur à lame souple, commandé par un aimant) bistable. Cela signifie qu’il restera fermé même en l’absence de l’aimant, sans électronique compliquée. C’est une technique que j’ai déjà adoptée pour plusieurs voitures. Voir la vidéo de démonstration. La seule difficulté est que ces ILS ne se bousculent pas sur le marché. Les seuls que j’ai trouvés, de type PMC-1424THX, sont en vente chez Conrad, assez chers, et, chose fâcheuse, nettement plus chers sur le site français que sur le site allemand. Mais, chez Conrad, verboten pour un Français de commander en Allemagne… Si vous avez des contacts dans ce pays, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Même avec les frais d’envoi, vous serez largement gagnants.

NB : j’ai trouvé un autre fabricant, Standex Meder, qui propose ce type d’ILS, réf. KSK-1E66, et un distributeur, Mouser Electronics. Ce produit ne me semble pas très intéressant, car il est sensiblement de la même taille que le Conrad, juste un peu plus étroit, tout en étant presque trois fois plus cher.

Il reste deux questions :

Implantation de l’ILS

Comme les LED à commander se situent à l’avant, on peut être tenté de placer l’ILS à cet endroit. Surtout pas ! La présence de l’aimant du haut-parleur — pour une version sonorisée naturellement — va empêcher l’ILS de fonctionner ! Il faut aussi que l’emplacement soit facilement repérable de l’extérieur, pour savoir où passer l’aimant de commande.

La meilleure place que j’aie trouvée, qui nécessite cependant un léger fraisage sous le toit (entouré en rose), se situe au-dessus des portes d’accès voyageurs. J’en ai profité pour peindre le dessous du toit en noir pour minimiser les fuites de lumière (il y en a mal­heureusement beaucoup d’autres, sur les parois latérales et au niveau des fanaux).

Positionnement ILS

Cliquez sur l’image pour voir l’ILS de plus près.

J’ai fixé l’ILS (entouré en vert), couché à 45° environ, avec un peu de Patafix, mais ce n’est pas vraiment indispensable, car il est bien coincé sous le toit !

Raccordement avec le circuit des LED

Je vous livre ici le résultat de mes investigations, sans totale garantie, car je n’ai pas voulu démonter complètement le circuit des LED, qui se présente sous la forme d’un circuit souple (ici, c’est celui d’arrière). Il est facile à débrancher de la carte en faisant coulisser le verrou noir du connecteur. Cela permet de faire des tests à l’ohmmètre sans trop de risques.

Voici donc le schéma supposé des feux avant (le circuit arrière semble identique). NB : les fils sont numérotés comme sur la photo ci-dessous.

Verrou du connecteur

Cliquez sur l’image pour voir le verrou de connecteur de plus près.

Schéma du circuit

On remarque que toutes les LED ont un point commun côté cathode, à travers leurs résistances de limitation, sauf celle du feu rouge gau­che. Je pense que c’est pour la signalisation d’arrière époque III, dans laquelle un seul des deux gros fanaux est allumé. On voit que, pour couper les feux rouges, on peut agir sur le fil no 1, commun aux deux LED rouges.

Suit une petite intervention chirurgicale au scalpel : grattage du vernis isolant de la piste no 1 sur environ 5 mm, coupure et suppression d’un tronçon de 1 mm, étamage des parties décapées. Enfin, soudage des fils de liaison avec l’ILS.

Connexion circuit

Conseil : travaillez sur la nappe débranchée, et placez dessous une plaquette de circuit imprimé, ou d’aluminium, ou à défaut un morceau de carton épais, qui évitera de toucher la caisse de l’autorail avec le fer à souder. Pour ce dernier, panne fine obligatoire ! Et attention aussi au brave agent de conduite, forcé de rester à son poste !

3,60 € pièce, 3,06 € à partir
de 25 pièces — prix 2014
code 506952-62 chez Conrad