Le constat

Ce sont de très jolis wagons finement gravés, comme toujours chez REE, et pas trop fragiles, contrairement aux citernes ANF de la marque. Seuls les tampons ont tendance à s’échapper.

Le seul reproche que j’ai à leur faire, c’est l’éclairage des fanaux de fin de convoi, dont la prise de courant est aléatoire (et accessoirement, l’apparence des lanternes qui n’est pas d’époque IVa).

Trémie EX REE

En y regardant de plus près, le minuscule circuit imprimé d’alimentation des feux n’est pas aussi simple que je l’avais imaginé au début : en effet, il procure un éclairage constant — et réaliste — à partir d’environ 4 volts, jusqu’à au moins 16 V (je n’ai pas dépassé cette valeur). Ce que je prenais pour une diode (parmi d’autres) est donc sans doute un régulateur de tension.

Ce circuit, maintenu par deux minuscules clips en plastique et une non moins minuscule vis, est relié au bogie arrière par deux fils noirs soudés au milieu des lamelles de prise de courant, qui frottent sur le flanc intérieur des roues.