Détaillage du wagon EVS Habiss

Modifications à effectuer

Ici, j’ai prévu peu de choses : les mains montoires d’extrémité, les crochets de halage absents et les plaques de marquage principales.

Mains montoires

Les mains montoires d’origine sont simplement coupées au scalpel, en conservant le relief représentant leur fixation. Perçage au diamètre 0,4 à 45° environ. Cette fois, j’utilise de la corde à piano plus rigide que le maillechort, mais néanmoins facile à plier sur gabarit.

Elles auraient dû être rabattues pour être dans le plan du dossier du wagon, mais je n’y ai pas pensé sur le moment. Et pas question d’essayer de les plier après coup : là, c’était jouable avec du maillechort, mais pas avec de la corde à piano !

Les crochets de halage

J’utilise des crochets SMD. Il faut leur prévoir un support, de préférence solide car ces pièces sont assez exposées.

Voici le plan de ce support, prévu pour se loger contre l’intérieur du châssis, réalisé en profilé de maillechort de section 1,5 × 0,3. Le plan est précis, mais le pliage se fait à vue !

Le crochet est soudé sur son support, et la seule difficulté est de maintenir les deux pièces, quand même très petites, bien alignées pendant l’opération. Le collage sur le châssis est fait à la cyanoacrylate gel.

Étude des crochets de halage en 3D

Marquages

Au départ, j’avais l’intention de ne changer que la plaque d’immatriculation. Mais en effaçant le marquage d’origine à l’alcool, le tableau de charge a été atteint. J’ai donc dû le refaire aussi. Comme ce sont des caractères noirs sur le fond de la caisse gris métallisé, j’ai utilisé une feuille de décalcomanies à support transparent.

Marquage du wagon Habiss

Résultat

Vue des modifications sur le wagon Habiss

Ici comme pour le STEF, les nouvelles plaques sont rougeâtres. Le support transparent du tableau de charges est quasi invisible sur la photo de face, mais se voit en réalité sous certaines conditions d’éclairage car il est mat sur la peinture métallisée du fond. Je n’ai pas actuellement de vernis pouvant restituer cet état de surface. Peut-être le Microscale Microcoat, qui existe en trois finitions (gloss, satin et flat), dont un satiné, pourrait-il convenir ?

Et le Rloos ?

Oui, et le Rloos, dans tout ça ? Eh bien, je ne me suis pas encore penché sérieusement sur son sort. À part les changements communs (bogies, tampons), il n’a rien subi de particulier, et ceci pour au moins deux raisons : d’abord, il a certains reliefs (anneaux, échelles) moulés avec la caisse, qui seront bien difficiles à araser proprement. Ensuite, j’aimerais le doter d’un chargement cohérent, je pense par exemple à des palettes de bouteilles vides, et je n’ai pas encore trouvé comment rendre cela d’une manière à la fois économique et réaliste. Alors, à suivre ?

Vernis MICRO SATIN
Réf. MI5, 4,80 € (prix 2017)
chez micro-modèle.