Intervention sur la caisse

Comme je l’ai dit précédemment, l’espacement des logements de LED sur la fausse toiture ne correspond pas à celui des compartiments qui est de 26,75 mm précisément. Dès lors, comment sont éclairés ces derniers ? C’est théoriquement grâce à un diffuseur translucide muni d’une multitude de petites lentilles, collé sous la fausse toiture.

Je n’avais pas d’a priori sur ce système. J’ai donc fabriqué une réglette respectant le pas de la toiture. Est-ce à cause des LED différentes de celles prévues par LSM ? Toujours est-il que l’éclairage était particulièrement indigent, et très mal réparti. J’ai donc décidé de refaire un éclairage plus classique respectant le pas des compartiments. Mais cela nécessitait d’une part la suppression du diffuseur, que j’ai obtenue en le balançant de gauche à droite à l’aide d’une pince plate pour casser ses tenons de fixation l’un après l’autre, et d’autre part le perçage de trous sur la toiture, au pas des compartiments.

Plutôt qu’un foret, j’ai préféré utiliser une fraise Ø 6 (le diamètre de perçage minimum pour les LED PLCC étant de 4,5). Selon moi, la fraise donne une coupe plus franche. La caisse est fixée dans l’étau de la fraiseuse, avec à l’intérieur une cale d’épaisseur en contreplaqué ép. 10, largeur 30 mm, et protégée à l’extérieur par une lingette non tissée repliée pour former un matelas suffisamment épais — il n’y a pas de relief important risquant d’être endommagé. Inutile de serrer l’étau exagérément, les efforts d’usinage n’étant que perpendiculaires. Sur le plan, l’origine (le zéro) est le milieu de la voiture. Pour les cotes à respecter, voir le document PDF.

Outre ces perçages, il faut aussi araser les différents reliefs de la fausse toiture.

Perçage de la caisse

Devant la caisse percée (flèches), la réglette d’éclairage et, au premier plan, le diffuseur de lumière supprimé. Survolez l’image pour voir plus de détails.