Voiture pilote VB2N vue de profil

Voiture pilote VB2N Vitrains avec attelage électrique.

Le constat

Globalement réussies, ces voitures présentent toutefois un certain nombre d’imperfections. Citons d’abord le câblage de la voiture pilote, très visible sur les plateformes, avec des fils assez gros soudés sur des lames passant par de gros trous que j’appelle des « haricots » ! Je ne parle même pas des lames de prise de courant assez raides, frottant sur de curieux tambours faisant corps avec les roues, et induisant des frottements importants.

Concernant l’éclairage des fanaux, celui-ci n’est pas génial (j’ai constaté que les LED ne sont pas en face des conduits de lumière, ce qui semble être une spécialité de Vitrains (voir Amélioration de la 1607 SNCB Vitrains), et les optiques des feux blancs ne remplissent pas leur cerclage (pourquoi, mystère). Il n’y a pas d’éclairage des compartiments, mais ça, je préfère, plutôt que de payer un supplément de 20 à 30 € pour un dispositif qui, de toute façon, ne me satisfera pas.

Il y a un certain nombre de fenêtres mal collées qui ont tendance à s’enfoncer dans la caisse. Les plateformes d’accès ne sont pas du tout aménagées, et les sièges nécessitent un bon ébavurage. Enfin, ces voitures ne roulent pas bien, à cause des axes d’essieux qui n’ont aucun jeu dans leurs paliers (en plastique). De plus, elles sont trop basses de 1 mm environ.

Je me propose donc de remédier à ces défauts, à savoir :