Bogies et consoles de suspension

Paliers conducteurs

Le point faible connu de ces voitures est l’usure du plastique des boîtes d’essieux. La solution d’ailleurs adoptée par LS Models dans les séries suivantes est d’y poser des paliers en laiton. Cette solution permet aussi de capter le courant d’éclairage de façon simple et sans frottement.

D’habitude, je fabrique mes propres paliers en tôle de laiton mince (0,3 ou 0,2 mm) emboutie de manière à centrer au mieux le palier dans son logement. Mais le problème ici est que les boîtes d’essieux sont très petites : pas assez de place pour un palier en tôle, et les creuser pour poser un palier du commerce est assez risqué.

Je possède des paliers Romford achetés du temps où micro-modele s’appelait encore Train Magique !

Voici les dimensions de ces paliers : ils sont bien trop encombrants en profondeur. En revanche, le diamètre n’est que de 2 mm, alors que les logements des pointes d’axes font 2,5 mm : attention au centrage.

Paliers Romford

Paliers Romford, dimensions

Donc, les paliers sont vigoureusement réduits en profondeur par limage dans un support constitué d’une plaque de circuit imprimé ép. 0,8 mm percée à ø 2 : la profondeur des paliers sera réduite à cette valeur de 0,8 mm, non compris l’épaulement.

Paliers avant limage

Le palier est tellement réduit que l’on aperçoit le sommet de son trou conique. Il faut bien ébavurer ce trou.

Paliers après limage

Pour permettre l’enfoncement des paliers, le logement est légèrement et prudemment approfondi avec une fraise sphérique ø 1,5 mm.

Creusement des boîtes d’essieu

Les paliers sont mis en place, puis enfoncés à l’aide d’un fer à souder si possible thermostaté réglé à basse température (125 °C). Attention : ils se mettent parfois de travers. Je pense que c’est dû à un manque de fraisage. Donc, dans ce cas, ne pas insister et creuser un peu plus le logement. L’idéal serait d’utiliser une panne plate, dite tournevis, que je n’ai pas.

Pose à chaud des paliers

Malgré l’enfoncement au mieux des paliers, la longueur des axes d’origine de 24,8 mm est trop forte : l’essieu ne tourne pas librement. Il faudra la réduire à 24,4 (valeur des axes Piko par exemple) ou même moins. Pour ce faire, deux solutions : soit changer les axes en gardant les roues, soit changer carrément les essieux, car les roues actuelles ont un diamètre de 10,9 pour 10,6 réels. Or, sur des bogies aussi dépouillés que les Y28 D, sans équipement de frein extérieur, les roues sont très visibles, et en mettre des plus petites peut améliorer l’aspect global.

Exemples de roues convenables

Mais pourquoi mettre dans cette liste des essieux de type Märklin, à roues non isolées ? C’est que j’ai choisi une autre option. Comme je capte le courant par des demi-essieux isolés par le milieu de l’axe, je n’ai besoin que de roues non isolées, et c’est toujours délicat de remplacer la bague d’isolation par une bague conductrice : tolérance de fabrication serrée, risque de voilage, etc.

Une solution simple est, à partir de deux essieux classiques, ayant une roue isolée et une non isolée, d’échanger une roue isolée et une non isolée. L’essieu à roues non isolées servira à la prise de courant ; l’essieu à roues isolées sera attribué à des véhicules n’ayant pas besoin de prise de courant (wagons par exemple). Mais je n’ai plus tellement de wagons à équiper ainsi. J’ai donc pensé à une autre solution : des essieux pour Märklin, donc sans isolation.

Mais le gros inconvénient de ce choix est que ce sont justement des roues aux « normes » Märklin, qui sont bien loin de la norme NEM. Que l’on en juge :

Cote NEM Märklin 1
Distance dos à dos des roues 14,5 14,0
Épaisseur des roues 2,8 3,0
Hauteur des boudins ≤1,0 1,4
  1. J’ai parlé de « norme » Märklin pour plaisanter ; les valeurs sont relevées sur des roues réelles.

Il va me falloir tourner ces roues… sans tour.

Avec le Puller, je commence par repousser une roue vers sa voisine, pour avoir plus de prise sur l’axe et pour pouvoir réduire le diamètre des boudins des deux roues en même temps.

Certaines roues, une fois sorties des cannelures de l’axe, deviennent folles (!) ; il faut donc marquer légèrement l’axe (pince coupante) pour les rebloquer.

Décalage des roues

Tant qu’à faire, j’ai décidé de réduire les boudins à 0,7 mm. La largeur est réduite de 0,2 mm sur l’extérieur de la bande de roulement — le moyeu est laissé tel quel. Le tout est fait à la lime sur la fraiseuse Proxxon.

À gauche, en haut, un essieu d’origine, en bas, l’essieu modifié, bruni. On peut voir que le palier de gauche est un peu de travers. À reprendre !

Tournage des roues

La suite a déjà été décrite plusieurs fois : les axes sont sectionnés à la scie à métaux, puis légèrement chanfreinés. Ils sont réunis par un manchon de longueur 14,4 mm fait à partir d’une cartouche de stylo Bic. La longueur correspond à la distance entre les roues.

Équipement électrique

À l’aide d’une fraise ø 1 montée sur la mini perceuse réglée à faible vitesse, une petite rainure est creusé dans le plastique du bogie, au-dessus du palier en laiton.

Le fil (brin extrait d’un câble souple), préalablement étamé, est soudé sur le flanc de palier enduit de flux, car il faut aller vite ! Si la soudure coule à l’intérieur, un petit coup de fraise conique répare la bavure.

Les fils sont passés sous la traverse du bogie, par des trous ø 1,0 percés de part et d’autre, contre les longerons. Ils sont ensuite soudés sur des pastilles rectangulaires de cuivre autocollant, desquelles repartent des fils isolés qui alimenteront la réglette d’éclairage.

Cliquez sur la photo pour voir les soudures de plus près.

Fraisage du passage des fils

Résultat

Consoles de suspension secondaire

Ces consoles, spécifiques aux bogies Y28, relient la caisse aux traverses de charge des bogies, par l’intermédiaire de biellettes de suspension pendulaire bien visibles sur la photo ci-dessous. Les consoles ne doivent donc pas être attachées aux longerons de bogies, comme l’ont fait MMM-RG (peut-être pas le RMA ?), puis LSM-Heris et enfin LSM « tout court », mais sur la caisse.

Bogie Y28E

Photo J.-M. Dupuy dans Le Train, Archives de la DEV, t. 2, p. 30

La raison de ce choix est une solution de facilité, pour des bogies qui posent des problèmes certains d’inscription en courbe. Cependant, même Jouef sur ses Grand-Confort, ou, beaucoup plus récemment, LS Models sur ses Gril-Express, ont respecté cette particularité — bien que ce ne soit pas exactement le même sous-type de bogie (Y28 F). Alors, pourquoi pas sur les USI ?

Bogie Y28 LS Models

Dessin d’étude

Voici un dessin d’étude, qui a été remanié en fonction des premiers essais. À gauche, la console telle qu’elle se présente sur le bogie. En hachuré, les parties à supprimer. À droite, la future implantation sous la caisse.

Tout est fait pour laisser au bogie le maximum de débattement : la console est amincie sur toute sa hauteur, et collée un dixième de millimètre plus bas que la caisse.

Étude de modification de la console

Réalisation

J’ai utilisé pour amincir les consoles une scie bocfil ! Pour la fabrication en série, il faudra que je trouve une solution plus rapide… Au-dessus de la console, en gris sur le dessin précédent, se trouve une cale en polystyrène ép. 0,5, de 3 mm de haut et 4 de large (cette dernière valeur est approximative : on peut couper à vue). Ces deux pièces sont réunies par un renfort en maillechort ép. 0,3 mm, provenant d’une chute de photodécoupe. L’ensemble est collé à la cyano gel.

Consoles préparées

Pour le positionnement correct dans l’axe du bogie, j’ai mesuré la distance entre la partie rapportée sous châssis et l’axe théorique de pivotement (qui n’est pas l’axe réel, je le rappelle). J’en ai retranché la demi-largeur de la console. Résultat : 25,5 mm. J’ai donc fabriqué un gabarit tout simple, en polystyrène Styrofoam ép. 10 mm, de 25,5 mm sur 31 (largeur sous châssis). Pendant le collage des consoles, il est maintenu en position par un adhésif double face mince.

Gabarit de montage des consoles

Il suffit alors de coller chaque console en appui sur ce gabarit, toujours à la cyano gel. On peut voir que le pivotement du bogie semble suffisant. Une vérification sur circuit me permettra de constater que le rayon minimum d’inscription en courbe est inférieur à 400 mm, ce qui me convient parfaitement, puisque mes courbes ne descendent jamais sous les 500 mm.

Vérification du débattement du bogie

50 paliers laiton avec épaulement
réf. PE-JR14, 5,50 € - prix 2017 chez micro-modele

Essieu pour modèle Lima
Réf. LU-NEM-10,4-24,40S
Diamètre : 10,4 mm. Entrepointe de 24,40 mm
1,95 € - prix 2017 chez micro-modele

Essieu pour modèle Piko
Réf. LU-PIKO-10,4-24,40D
Essieu roues à disque isolation 2 côtés
Diamètre : 10,4 mm. Entrepointe de 24,40 mm
1,95 € - prix 2017 chez micro-modele

Essieu RP 25
Réf. LU-RP-10,4-24,40D
Essieu roues à disque isolation 2 côtés
Diamètre : 10,8 mm (?). Entrepointe de 24,40 mm
2,70 € - prix 2017 chez micro-modele

Essieu pour modèle Maerkling (sic)
Réf. LU-MAER-10,4-24,40AC
Essieu roues à disque non isolées
Diamètre : 10,4 mm. Entrepointe de 24,40 mm
1,95 € - prix 2017 chez micro-modele