Correction de l’entraxe des bogies et de la hauteur de caisse

Ces deux opérations sont liées, car l’entretoise qui permettra de modifier la position du pivot va ajouter une épaisseur au châssis de bogie, et va donc rehausser la caisse.

Mais, d’une part, comme déjà dit, cette caisse est trop basse, et d’autre part, on pourra jouer sur l’épaisseur de l’entretoise.

Personnellement, j’ai choisi du polystyrène de 0,75 mm, ce qui va légèrement trop rehausser la caisse (1 ou 2 dixièmes). Mais comme les roues sont d’un diamètre un peu trop grand, si l’envie me prend de les changer, ça rétablira la situation. Étant donné que l’entretoise en question n’aura qu’un rôle de guidage, on pourra la choisir plus mince, jusqu’à 0,25 mm, sans inconvénient.

L’idée est de supprimer le pivot actuel du bogie (clip mâle, très désaxé), d’ajouter un pivot (mâle aussi) au pivot (femelle) de la caisse, et de percer un trou, sur le bogie, au nouvel emplacement du pivot. Il faut donc intervenir sur la caisse et sur le bogie.

Intervention sur la caisse

Voici les pièces intervenant dans cette opération.

Fabrication des pivots

De gauche à droite : taraudage du pivot dans un mandrin ; le tronçon d’Evergreen et la vis ; le même tronçon avec la vis vissée à fond ; même chose avec les rondelles installées.

Le nouveau pivot est un tronçon de 8 mm de tube Evergreen ø 3,2, qui s’adapte tout juste, en forçant un peu, dans le trou de pivot. On pourra donc à la limite ne pas le coller.

Avant d’installer le pivot, on va le « tarauder » en lui vissant sa future vis, genre vis à tôle. Cette opération se fait avec le morceau de tube pris dans un mandrin pour éviter de le déformer.

Ensuite, on enfile dessus des rondelles ø 3, en quantité suffisante pour obtenir une épaisseur d’au moins 2,4 mm, ceci pour que le bogie ait suffisamment de jeu dans son futur pivot.

Il ne reste plus qu’à l’encoller très légèrement, pour ne pas coller les rondelles (j’ai utilisé de la cyano gel) et à enfoncer le tout dans le pivot.

Collage du pivot

Après quelques minutes, on peut enlever la vis et les rondelles : le pivot est prêt. Bien sûr, si on a plusieurs voitures, on peut opérer en série.

Pivot collé

Intervention sur le bogie

Après avoir ôté les essieux, on commence par araser l’ancien pivot. Bien aplanir la surface, et la rendre rugueuse pour améliorer le futur collage.

Préparation des pièces pour le bogie

De gauche à droite : le bogie avant intervention ; le bogie privé de pivot ; l’entretoise à ajouter. À l’arrière-plan, une série de pièces préparées pour six voitures. Elles sont prédécoupées à l’aide d’une fraise conique pour gravure de circuit imprimé, comme on peut le voir sur l’agrandissement légèrement trafiqué…

Fabrication de l’entretoise pivot

Voici le plan coté de cette pièce. La longueur totale n’est pas critique, mais la distance entre les deux perçages l’est : elle donnera le nouvel entraxe des bogies. Le petit trou recevra la pseudo-butée de rotation qui servira à centrer l’entretoise. Le grand trou est celui du nouveau pivot.

Pour la beauté de la chose, sur le dessin, j’ai arrondi cette entretoise comme la partie sous-jacente du bogie mais en réalité, je l’ai laissée rectangulaire

Dessin de l’entretoise

Montage de l’entretoise

L’entretoise est collée à la cyano gel en la centrant le mieux possible. Le trou ø 3,5 est légèrement décalé, dans le sens de la longueur, par rapport au trou existant, d’où la nécessité de repercer le bogie en correspondance avec le nouveau trou.

Collage de l’entretoise

Perçage du bogie

Ce perçage ne sera pas facile, parce que le foret aura tendance à dévier et à attaquer l’Evergreen plus tendre. Je procède donc sur ma fraiseuse Proxxon, le bogie étant placé sur un montage d’usinage : un simple tasseau fraisé à l’écartement exact des flancs, et dont les arêtes supérieures sont chanfreinées à 45° sur environ 2 mm.

Perçage du  bogie

Sur la photo, je n’ai pas encore pensé à placer une butée pour m’éviter de repositionner le bogie à chaque fois. Il faut utiliser un foret bien aiguisé pour éviter qu’il ne dévie, et descendre lentement.

Fraisage du bogie

Il reste à fraiser les extrémités des longerons. Avant de me lancer, j’ai voulu voir quel était le rayon de courbure minimum admissible en laissant les longerons intacts. Ce rayon est d’un peu moins de 800 mm. Chez moi, c’est 500, donc fraisage obligatoire.

Le fraisage, en longueur, doit enlever la matière jusqu’à 1 mm de l’axe de la boîte d’essieu. En hauteur, jusqu’au dessus du « ressort » de cette boîte.

Découpe du longeron

Fraisage du  bogie

Ici, j’ai pensé à mettre une butée ! Attention : le plastique étant souple, il faut maintenir fermement les flancs du bogie pendant le fraisage. On peut bien sûr faire cette opération avec un simple cutter, mais ce sera moins précis, et on risque toujours un dérapage malheureux…

Attention : ne pas se tromper de côté ! C’est le côté opposé à la pseudo-butée, celui qui sera dirigé vers l’extrémité de la voiture, qu’il faut raccourcir ! Voici le bogie remonté, vu de dessous

Bogie remonté, vu de dessous

… puis vu de profil. Encore une fois, le fraisage du bogie est pratiquement invisible.

Bogie remonté, vu de côté

Note : la couleur verte des consoles est erronée. Elles étaient peintes comme les bogies, donc en gris. De toutes façons, les bogies eux-mêmes, en matière translucide, méritent une peinture. J’ai un doute quant à la couleur orange des sièges pour l’époque IVa. D’ailleurs, dans la série suivante fabriquée par LS Models seul (réf 40 000 et suivantes), les sièges sont gris (et les consoles aussi).

J’ai récupéré des vis de fixation de servomoteur, de diamètre extérieur 2 mm ; les vis du commerce font ø 2,2, ce qui devient un peu difficile à visser dans le tube Evergreen, mais néanmoins possible. Voir Amélioration d’anciens wagons Jouef.

Allitération involontaire…

Lot de 10 fraises à graver 60°
pour circuit imprimé
9,59 € (prix 2017) sur Amazon

Cette valeur dépend de l’épaisseur choisie pour l’entretoise. Elle est valable pour 0,75 mm. Elle peut être légèrement diminuée pour une entretoise plus mince.