Modifications mécaniques (suite)

Pour les attelages intermédiaires, j’ai dans un premier temps utilisé des boîtiers Ribu très modifiés, mais le résultat n’était pas satisfaisant, car la cinématique d’élongation n’était plus respectée, et les ressorts de rappel des timons étaient devenus des ressorts de traction, ce qui fait que la rame jouait à l’accordéon en accélération, d’autant plus que la voiture pilote opposait une résistance importante à l’avancement, avec ses frotteurs de prise de courant. J’ai donc décidé ensuite d’utiliser des timons Makette grand modèle.

Mais l’utilisation de têtes NEM n’était pas possible, car la position très avancée des timons (à cause des bogies) et aussi trop basse l’empêchait. Il fallait de plus assurer la continuité électrique de la rame.

J’ai d’abord essayé un système compliqué de rallonges à double connecteur, qui aurait permis de retourner une voiture sans inverser sa polarité. Mais c’était inutile pour une RIB dont la composition en service est normalement immuable.

J’ai donc imaginé de supprimer les boîtiers NEM devenus inutiles et de les remplacer par un tube laiton assez long pour assurer la jonction bourrelet contre bourrelet des voitures. Voici le fruit de cette cogitation…

NB : s’il vous intéresse de savoir ce que j’avais tenté avec les timons Ribu, vous pouvez consulter cette page.

Timons Makette

J’ai donc essayé un attelage à base de tube rectangulaire de 3 × 6 mm en laiton, qui permettra d’obtenir une fabrication relativement simple. En voici deux aspects :

Les tubes, plus longs que les boîtiers NEM, permettent de se passer de pièce intermédiaire. De plus, leur hauteur interne (2,4 mm) permet avec très peu d’usinage d’y insérer un connecteur tulipe au pas de 2,54 mm.

Le problème du verrouillage est résolu avec une boucle en fil de bronze. Cette boucle était au début placée sous les boîtiers. À l’usage, je me suis aperçu qu’il valait mieux la placer au dessus, car elle empêche ainsi les attelages de fléchir lors de l’accouplement.

Attelage à tube rectangulaire vue 1

Attelage à tube rectangulaire vue 2

Note : j’avais d’abord essayé avec un tube carré et un seul contact centré, le tube faisant office de deuxième pôle. Mais cette solution posait un certain nombre de problèmes : courts-circuits entre socle du timon et roues, mauvais contact entre les deux boîtiers en vis à vis.

Plan de l’attelage

Attelage électrique cotation du profil

Fabrication

Le tube laiton est fraisé (fraise ø 6) en travers tous les 12 mm sur une profondeur de 2 mm. Il faut un fraisage pour chaque demi-accouplement. Le tube est maintenu entre deux « mordaches » en contreplaqué ép. 10 mm qui ont été rainurées ensemble avec la même fraise ø 6, sur une profondeur de 2 mm. Lors de l’usinage, le bois est entaillé, mais cela importe peu.

Fraisage des boîtiers

Après retournement, il est possible de fraiser les rainures de verrouillage, cela concernant un élément sur deux. J’utilise pour cela une fraise de gravure pour circuit imprimé.

Enfin le tube est débité à la scie Bocfil en longueurs de 12 mm, longueurs rectifiées ensuite à 10,5 mm à la fraiseuse pour obtenir les cotes indiquées ci-dessus.

Rainurage des boîtiers

Tube rectangulaire laiton 3 × 6 × 500
réf. Tubrectlaiton-6x3
6,00 € — prix 2015
chez micro-modele