Un an après : bilan et finitions

Déformation des caisses

La déformation est réapparue, mais modérément. En tout cas, les caisses tiennent sans problème sur leur châssis.

Espace entre les soufflets

Comme envisagé, les boisseaux de tampons ont été alésés sur environ 0,5 mm, d’abord avec un foret carbure ø 2, puis, comme c’était un peu juste, avec une petite fraise ø 2,2 visible en bas de la photo. Bien entendu, cela aurait été plus simple directement avec un foret ø 2,2. Le tout effectué avec un porte-foret à main.

Alésage des boisseaux de tampons

Correction de hauteur

Je m’attaque maintenant à la différence flagrante de hauteur entre motrice et remorque. C’est la motrice qui est trop basse : il lui manque environ 1 mm dans l’absolu. Mais je vais me contenter de la mettre à la même hauteur que la remorque, soit un rehaussement d’environ 0,8 mm.

Différence de hauteur entre motrice et remorque

Ce rehaussement me fait un peu peur car les bogies sont montés sur des supports à rotule en zamak venus de fonderie avec le châssis. Pas de correction possible avec des cales en plastique par exemple. Il faut agir sur le support lui-même, doucement mais fermement, pour ne pas risquer la casse.

Ici encore, je regrette que Roco n’ait pas traité la motrice avec un seul bogie moteur, comme en réalité. Le bogie arrière aurait alors été porteur et n’aurait pas posé tant de difficultés. Mais finalement, les bogies se démontent assez facilement en ne craignant pas de forcer un peu pour déboîter la rotule 2 (la pièce 1 qui bloque celle-ci dans son logement est une petite fourchette en plastique assez souple).

Bogie arrière de la motrice démonté

Notez que le cardan va tomber lors du démontage. Sa remise en place sera beaucoup plus simple en sortant la vis sans fin de son logement, en ôtant son capot maintenu par quatre petits clips.

Je bricole une sorte d’extracteur avec deux morceaux de rail DIN asymétrique, bien connu des électrotechniciens. C’est vraiment un bricolage infâme, même pas symétrique (et pour cause !), mais je ne veux pas faire un outil impeccable pour un usage unique. J'imagine qu’il doit exister dans le commerce des mini-extracteurs qui pourraient convenir.

À l’arrière, la hauteur initiale mesurée au pied à coulisse entre le haut du châssis et la rotule est de 12,5 mm. Je devrais théoriquement la faire passer à 12,5 + 0,8 = 13,3 mm.

Mais je vous épargne les multiples essais : il s'avère qu’il vaut mieux pousser à 13,5 mm.

À l’avant, 0,8 mm sera suffisant. Et ne pas oublier de coller des cales d’environ 0,75 mm (Evergreen) sous les bossages de la portée en deux points.

Relevage par déformation du support à rotule

  1. Rotule du support de bogie
  2. Griffe de l’extracteur
  3. Vis M6 de l’extracteur ; son pas de 1 mm permet d’estimer facilement le dépla­cement de la rotule.

Cales de portée à l’avant

Si vous voulez un outil moins laid et néanmoins peu cher, voici ce que je vous propose. La pièce est extraite d’un tube acier rectangulaire trouvé dans une grande surface de bricolage à 8,30 € le mètre. La vis a son extrémité tournée en tronc de cône et éventuellement creusée pour mieux se centrer sur la rotule. On peut aussi plus simplement utiliser une vis M5 voire M4.

Extracteur amélioré

Déformer le support jusqu’à 1 mm était un peu risqué, mais cela s’est bien passé, et donne un résultat très correct, comme le montre cette dernière photo. Il reste un tout petit intervalle entre les soufflets, mais il est maintenant constant. J'aurais pu faire une barre d’attelage encore un peu plus courte (je rappelle que, pour la NEM, l’espace entre les boîtiers doit être de 15 mm, que j’ai déjà réduit à 14).

Attelage RGP avec hauteur corrigée

Eh oui ! Les tampons sont maintenant un peu trop écartés… Et il faut que je remettre la tringlerie de frein.