Circuits imprimés

Voici la liste des circuits imprimés à prévoir :

Comme toujours, j’ai le souci de conserver l’indépendance caisse - châssis, pour ne pas risquer d’arracher des fils au cours d’un démontage. Exception : dans la motrice, il y a une liaison électrique entre le châssis et la cabine, qui est plus ou moins solidaire de la caisse. Mais un connecteur débrochable est prévu, et on peut coller la cabine au châssis ; il faut simplement faire attention à l’introduction du conduit de lumière du fanal frontal lors d’un (dé)montage.

Schémas électriques et circuits imprimés

Après un relevé soigneux des cotes, par mesures directes et sur photos : pas des compartiments, entraxe des fanaux et des points de fixation, etc., je fais des essais à blanc des circuits imprimés sur papier, ce qui m’a permis de constater qu’une des réglettes était trop courte et se retrouvait en porte à faux. Je vous livre ici le fruit de mes cogitations (schéma et circuit imprimé). Le CI est théoriquement à l’échelle, mais il se peut que l’imprimante modifie légèrement les dimensions, ce qui ne serait pas dramatique ici. Vous pourrez vérifier le résultat imprimé grâce à la cotation des circuits.

Les valeurs des résistances sont à adapter aux LED disponibles, et à vos goûts quant à l’intensité de l’éclairage. Personnellement, je suis plutôt partisan de la discrétion.

Vous trouverez plus loin les références des composants utilisés.

Réglettes d’éclairage

Un détail à noter : l’éclairage de la motrice nécessite deux LED en moins que la remorque, mais, pour les six autres, le circuit est exactement le même : on peut donc envisager de graver deux fois le circuit de la remorque, et de ne pas monter deux des LED pour la motrice, voire même de couper la partie inutile, qui pourrait gêner la pose d’un décodeur.

Pose des réglettes

Comme les réglettes sont plus étroites que celles d’origine, il faut leur préparer des supports. Ceux-ci sont faits en Evergreen ép. 0,5, sous forme de rectangles dont la largeur est celle des encoches de l’aménagement intérieur.

Pour la remorque, étant donnée la grande souplesse de l’aménagement, il vaut mieux ne coller la réglette qu’à une seule extrémité, pour lui laisser tout le jeu nécessaire.

Support de réglette

LED des fanaux de la motrice

Les LED des fanaux sont donc encastrées dans la cabine. De ce fait, en raison de la place très exiguë, il n’est pas possible de les câbler avec un fil isolé classique, même très fin. Je choisis donc du fil verni isolé ø 0,1, déjà utilisé pour les feux de ma 63888 Roco.

Chaque LED est équipée de trois fils : un commun positif, un pour le blanc et un pour le rouge. Ces fils, donc six en tout, sont raccordés à la platine installée dans la cabine (photo suivante).

LED des fanaux

Cliquez sur l’image pour voir la LED de plus près.

Platine de cabine

Cette platine comprend les résistances des LED des fanaux, plus un circuit à LED pour le feu frontal, pour lequel j’ai trouvé plus pratique de conserver le conduit de lumière. Cette LED est inversée, c.-à-d. que la partie émettrice de lumière est orientée vers la plaque époxy, percée à cet endroit pour que la lumière puisse traverser. Pourquoi cette apparente complication ? C’est pour conserver la face cuivrée accessible, de façon à faciliter les raccordements avec les LED et avec le décodeur. Attention : une LED PLCC ne convient pas pour cette disposition.

Circuit des feux avant

Intervention sur le circuit imprimé d’origine

Le but de cette intervention est de connecter le décodeur à tous les circuits : fanaux, éclairage. Je rappelle qu’à l’origine, seuls les feux avant étaient commandés. Il n’y a aucune modification sur le circuit lui-même, seules les lampes sont enlevées, et plusieurs fils raccordés. Remarquez que, pour les fils, je respecte les conventions de couleurs NEM / NMRA.

Modification du circuit principal

De gauche à droite, on trouve :

  1. le connecteur au pas de 2,54 mm qui se raccorde à la platine de cabine. Ses trois fils sont soudés aux anciens emplacements des lampes ;
  2. les fils rouge et noir soudés aux plages recevant les fils du bogie avant. Ils seront raccordés au bogie arrière ;
  1. les fils jaune, vert, blanc et bleu soudés respectivement sur les bornes 2, 3, 6 et 7 de la prise décodeur — détail ci-contre ;
  2. des guide-fils en laiton ép. 0,2 mm maintenus par les vis de fixation du circuit, pour éviter que les fils viennent frotter sur le volant d’inertie —  oui, un bout de scotch aurait suffi !

Zoom sur la prise NEM

  1. complètement à droite, les fils bleu, vert, jaune et blanc aboutissent sur des plages faites de morceaux de ruban cuivre autoadhésif. Ce n’est pas indispensable : les fils pourraient continuer d’un seul tenant vers l’arrière pour y être raccordés à l’attelage conducteur.

Câblage de la motrice

Câblage de la motrice

Comme déjà vu, les fils partant vers l’arrière cheminent dans des fraisages du châssis. Ils sont maintenus en torons avec des morceaux de gaine thermorétractable non rétreinte collés au fond du châssis avec de l’adhésif double-face épais. Ainsi, en cas de besoin, un fil peut être facilement changé.

Câblage arrière de la motrice

Les fils rouge et noir sont raccordés respective­ment aux fils noir et marron des prises de courant du bogie arrière. La soudure est protégée par des gaines thermo effectivement rétreintes. Les autres fils passent sous une membrure du châssis, puis sont collés (Kristal Klear) au timon (collage à ne faire qu’après soudure des fils sur l’attelage conducteur). A priori, il n’y a pas de risque d’accrochage ni avec la transmission, ni avec le timon lui-même.