Travaux mécaniques (suite) : motrice

Fraisage du châssis

Pour alimenter la remorque en électricité, il va falloir passer des conducteurs, six pour être précis (deux pour le captage du courant par le bogie arrière — noir et rouge — et les autres, bleu, blanc, jaune et vert, pour les fanaux et l’éclairage de la remorque). La meilleure solution que j’aie trouvée est de pratiquer des fraisages dans le châssis. Largeur et profondeur : 2 mm. Je ne l’ai fait que d’un côté, mais il aurait été plus pratique pour le câblage de faire deux passages symétriques.

Centre du châssis fraisé

Pour éviter toute introduction de copeaux dans la transmission, copieusement graissée, j’ai démonté ce qui était possible : circuit imprimé, moteur et ses cardans, et protégé le reste avec de l’adhésif.

Le zamak s’usine facilement. Par précaution, j’ai lubrifié avec du « WD 40 », ce qui a posé quelques difficultés quand il a fallu coller les fils !

Cabine

Pour le futur câblage des feux avant, il faut supprimer la cloison interne (B) qui partage cette cabine en deux, et agrandir d’environ 0,5 mm les logements (F) par où passe le conduit de lumière, et où prendront place les LED bicolores.

Travaux sous cabine

À l’intérieur, deux bandes de carte plastique (D) d’environ 5 mm de large sont collées, pour servir de cales au futur circuit imprimé visible à gauche, avec la LED (A) du feu frontal. Mais n’anticipons pas… Notons aussi que le conduit de lumière est raccourci (C) pour ne dépasser du « plafond » que de 4 mm.

J’ai grossièrement tracé au feutre le chemin des fils qui relieront les LED au circuit. C’est en fait le chemin actuel du conduit de lumière : ainsi, je suis sûr qu’il y aura une place suffisante.

J’ai aussi scié le socle (E) du buste du conducteur, très visible de l’extérieur et d’apparence trop germanique, pour le remplacer par un personnage plus franchouillard, entier (ayant ce qu’il faut pour s’asseoir, quoi) et sans casquette…

Tant que les pièces sont séparées, profitons-en pour recouvrir le dessus et les faces internes de scotch d’électricien noir pour minimiser les fuites de lumière. Dans le même but, une pièce arrondie épousant la forme de la caisse, en plastique noir (boîtier de CD !) ou en Evergreen peint en noir est collée (Kristal Klear) au dessus des vitrages (placée en dessous, elle serait plus facile à mettre en place, mais elle serait visible de l’extérieur). De même, le pupitre et les bossages recouvrant les emplacements des futures LED sont peints en noir.

Casquette anti lumière

Voir aussi photos page suivante.