Rectification de la hauteur

La cause

Rappel : il y a ½ millimètre de différence entre les deux extrémités. Mais d’où vient cette différence ? Démontons les bogies (il suffit de tirer dessus). Ils sont identiques (à part la dynamo). Mesurons les hauteurs h entre pivots et toit. Elles sont égales ! Regardons maintenant sous le châssis : d’un côté, le pivot est seul, alors que de l’autre, il y a deux appuis. Eh bien oui, c’est pour la portée en trois points, c’est bien, non ?

Mesure de la hauteur

Certes, mais, pour que les appuis portent, il faut qu’ils soulèvent ne serait-ce qu’un peu le châssis, n’est-ce pas ? C’est ici que le bât blesse : la caisse est soulevée de 0,5 mm par ces appuis ! Donc il fallait que le pivot côté opposé soit 0,5 mm plus long ! Il ne faut pas avoir fait de hautes études de mécanique pour le comprendre. Mais, chez LSM, manifestement, on ne l’a pas compris. Et on retrouve ce défaut, plus ou moins accentué, sur de nombreuses productions de la marque (et d’autres également) !

Correction

La hauteur réelle de la voiture est de 4 m pile, soit 46,0 mm à l’échelle (j’arrondis à trois chiffres). Le côté le plus haut des voitures LSM étant aux alentours de 46 mm (parfois 45,8, parfois 46,1), je considère que cette hauteur est correcte. Il faut donc relever l’autre extrémité de 0,5 mm et non pas abaisser la première comme je l’ai lu sur le forum Loco-Revue. Une simple cale en polystyrène de 7 × 7 mm, percée à ø 4 en son centre et placée sur le pivot de bogie, fait l’affaire.

Démontage

Si l’on veut installer quelques personnages, ou l’éclairage, ou encore peaufiner la décoration, on est bien forcé de démonter, et si possible sans casse.

Toit

C’est facile et sans risque, et heureusement, vu le nombre de fois que j’ai dû faire la manip. Il suffit d’amorcer l’entrebâillement au niveau d’une porte, puis de glisser un ongle ou autre carte pas trop dure le long de la jonction.

Châssis

Là, c’est un peu plus délicat. Si possible, enlever les tampons dont le tenon gêne l’extraction du châssis. Mais certains sont très bien collés, alors que d’autres ne le sont pas du tout…

Commencer par soulever le châssis à une extrémité. Ne pas essayer de glisser des cartes genre carte de crédit ou autres le long des flancs : fort risque de casse de clips de fixation. Une fois une extrémité déboîtée, le reste vient en écartant délicatement et progressivement les jupes de part et d’autre. Si des accessoires montrent des velléités de fuite, les mettre de côté en repérant leur position, car il y a beaucoup d’emplacements possibles !

Aménagement

L’aménagement s’extrait du châssis en écartant doucement les petits clips de maintien. Vous aurez peut-être la surprise de voir la cloison du couloir ainsi que celles d’extrémité s’échapper. Elles sont aussi maintenues par de petits clips qui sont parfois tordus et ne jouent plus leur rôle. Vous constaterez aussi que certaines vitres des cloisons sont sales : poussières, traces de colle, voire empreintes digitales — et pas les vôtres ! Là, je crois qu’il aurait mieux valu pas de vitre du tout !

Arrivé à ce point, ce sera une bonne idée de mettre de côté les timons avec leur ressort de rappel. En effet, ils ne sont plus maintenus et peuvent à tout moment jouer la fille de l’air.