Décoration

Mise en peinture

La peinture est réalisée à l’aérographe. Je ne suis pas encore très à l’aise avec cet outil, mais j’apprends un peu à chaque utilisation. Ce qui reste pénible, c’est le nettoyage après chaque application d’une teinte. Mais cette opération est nettement plus simple avec les couleurs Railcolor (nitrosynthétiques) et Decapod (acryliques à solvant), avec lesquelles il suffit de passer 1 ou 2 ml d’acétone dans l’aérographe, après avoir essuyé le restant de peinture dans le godet. Avec ces peintures, on peut abandonner l’aérographe pendant quelques minutes — pour laisser sécher une couche — sans risquer de le retrouver complètement bouché, comme c’est le cas avec les acryliques à l’eau.

Châssis

Le châssis, qui est, rappelons-le, une pièce transparente, est peint en gris ardoise 807 Interfer. Correctement diluée (bien que le fabricant indique que ce produit est prêt à l’emploi) avec le diluant de la marque, et non avec de l’eau, cette peinture, bien que de type acrylique à l’eau, s’applique sans trop de difficulté.

Caisse

Après quelques déboires (voir Trois nuances de vert), j’ai finalement utilisé le vert celtique Decapod sur sous-couche de primaire d’accrochage (à cause des rambardes métalliques).

La teinte ne me satisfaisait pas totalement, mais je pensais m’en contenter. Et puis non ! Je me suis entêté et j’ai trouvé une solution qui me satisfait davantage : la teinte vert celtique Railcolor additionnée d’un peu de colorant universel — oui, celui pour la peinture en bâtiment ! Dosage : 6 gouttes de bleu et 2 gouttes de noir dans le flacon à moitié plein, soit environ 30 ml de peinture déjà diluée à 50/50. Le résultat est encore un peu plus vert que chez REE, mais on est très proche. Je craignais des difficultés pour pulvériser ce mélange, mais je n’ai eu aucun ennui de ce côté.

Teinte de vert adoptée

À suivre : décalcomanies.