BB 63888 vue de profil

Entre autres modifications, les tenons de fixation des rambardes sur la cabine ont été supprimés, car les trous correspondants sont mal placés, ce qui faisait remonter les rambardes.

Éclairage cabine, décodeur invisible et amélioration des feux

BB 63888 Roco réf. 63435. Un circuit électrique vieillot, avec des lampes à incandescence qui chauffent et déforment le plastique, et pas de feux rouges. Voyons ce que l’on peut faire.

Remarque : ces améliorations ont commencé en 2011. Depuis, il est apparu dans le commerce des LED bicolores vraiment très petites (1,6 × 1,5 mm) qui permettent d’envisager leur placement directement dans l’optique des phares, chose que j’ai réalisée et décrite en page 5. Les pages 2 et 3 deviennent par conséquent un peu caduques, mais je les laisse quand même pour information.

Levage de la caisse

Il faut d’abord enlever les rambardes latérales, délicatement car elles sont relativement fragiles et bien coincées dans leurs supports.

La caisse s’enlève ensuite assez facilement en la pressant entre le pouce et l’index devant la cabine, côté grand capot (il s’y trouve des tenons d’encliquetage). Il y a deux autres tenons, au centre des extrémités des capots, mais ils n’opposent pas de grande résistance.

Attention aux phares et à leurs petits conduits de lumière qui cherchent toujours à s’échapper. Attention aussi au fait qu’ils n’ont pas la même longueur à l’avant et à l’arrière.

Préparation de la caisse

Je ne veux pas que le décodeur soit visible dans la cabine, et je désire en plus y installer un éclairage. Il va donc falloir faire quelques modifications. Commençons par déclipser la cabine des capots en l’écartant doucement des deux côtés, puis ôtons son toit (la LED CMS d’éclairage sera placée entre ce toit et les entretoises de la cabine). J’enlève aussi les vitres qui sont trop épaisses (cette épaisseur se voit lorsqu’on regarde la machine de face). Je vais garder les vitres frontales, mais remplacer les latérales par du plexi mince collé à la Kristal Klear.

À l’intérieur des capots, il faut araser les reliefs sensés maintenir les lampes à incandescence, non sans avoir par précaution enlevé les conduits de lumière. Si votre machine a souvent fonctionné feux allumés, vous aurez peut-être la désagréable surprise de voir ces conduits de lumière déformés par la chaleur. Comme la matière plastique de la caisse est blanche, il faut soit repeindre la partie arasée en noir, soit, plus efficace, y coller un morceau d’adhésif d’électricien noir.

Installation de l’éclairage cabine

Une petite photo vaut mieux qu’un long discours. La minuscule LED CMS est soudée sur des fils très fins, eux-mêmes raccordés à des lamelles de bronze passant par des trous ø 0,8 verticaux percés entre la paroi de la cabine et le vitrage, au niveau d’un montant. On peut aussi trouver des LED CMS déjà équipées de fils émaillés, un peu chères à mon goût !

Cabine

La LED est placée au milieu du toit, dans une ouverture existante, sous laquelle j’ai collé un « filtre » orange découpé dans une couverture de classeur souple, et qui sert à réchauffer la lumière trop froide émise par la LED. Cela fait une sorte de plafonnier. Le dessin ci-contre montre la forme des lamelles conçues pour faire contact avec le futur nouveau circuit imprimé. Le tout est très mince et ne gêne pas la remise en place du toit. Ces lamelles sont introduites par le bas, et la partie haute est ensuite repliée sur le toit. Les fils y sont soudés en dernier. Pour ne pas endommager le plastique pendant la soudure, insérez provisoirement un morceau de feuille d’aluminium ménager sous les lamelles.

Lamelles

Bande de bronze phosphoreux,
dimensions : 0,15 × 0,8 × 200 mm
3,50 € — prix 2012
CDF réf. 8970201

Leds CM 0603 sur fils
13 € les 10
CDF réf. 80111040