Voiture B10 DEV AO U50 vue de profil

Voiture B10 DEV AO U50 REE.

Comme on pouvait s’y attendre, REE nous propose des modèles très flatteurs, très détaillés, pour un prix relativement modéré. Concernant les détails, citons les crochets de halage sous les marchepieds, les poignées de panneaux de jupes rapportées, les tirettes de purge de freins, et, à l’intérieur, les porte-bagages et les miroirs dans les compartiments.

En revanche, ils présentent des défauts à mon avis difficilement pardonnables.

Les erreurs incorrigibles

Les petites fenêtres sont mal positionnées

Les petites fenêtres, entre les plateformes et les compartiments, sont décalées vers ces derniers. Cette erreur a été repérée par Renato sur le Forum Loco-Revue. Voici une illustration des faits :

Comparaison DEV REE

NB : ne rien déduire sur les cotes en hauteur, l’angle vertical de prise
de vue n’étant pas exactement le même sur les deux photos.

Ce genre d’erreur n’est pas admissible sur un modèle moderne. Il ne s’agit pas là d’un détail, mais d’une caractéristique bien visible de la voiture. Ce n’est que très difficilement modifiable par l’amateur (découpe, collage, masticage, remise en peinture). Si on accepte cela, on peut accepter n’importe quoi et on est ramené à la notion de jouet, et non plus de modèle réduit.

Je rappelle qu’on a « descendu » des modèles pour moins que ça (par exemple, la 72000 Roco première mouture).

Jonction caisse-toit

Pendant qu’on y est, parlons aussi du défaut de qualité de la jonction caisse-toit. Non seulement elle est ondulée, mais il y a pas mal de bavures de plastique qui n’arrangent rien…

Comparaison DEV REE

Mais pourquoi, chez REE, n’ont-il pas prévu, comme leurs concurrents, des nervures le long de la caisse ainsi que des traverses de renfort ? Eh bien parce qu’ils ont moulé la caisse et le châssis ensemble, et qu’il aurait été impossible de mouler une telle pièce avec des renforts ! N’aurait-il pas été alors plus intelligent de faire un châssis séparé et une pièce unique pour la caisse et le toit ? Il n’y aurait eu aucun problème de jonction dans ce cas ! Je crois savoir que le but était d’avoir la paroi la plus mince possible, pour des vitrages aussi très minces et donc plus réalistes ! Il y avait une solution simple : faire entre caisse et toit un assemblage par rainure (toit) et languette (caisse) sur toute la longueur, et un peu plus profond que ce qui a été fait.

Alors, jugement trop sévère ? Peut-être, mais, comme disait mon prof’ de français de 6e, en nous tapant sur les doigts avec un double décimètre (à plat !) : « qui bene amat bene castigat ».