Schémas et branchements

Pour des raisons évidentes, j’ai voulu éviter de couper le câble de liaison entre la commande et la centrale. Je vais donc utiliser un socle mâle et une fiche femelle DIN pour raccorder ces appareils avec les modules radio.

Schéma côté commande à main

Schéma d’essai côté commande à main

Pour cet essai provisoire, les alimentations, 12 V pour la commande et 5 V pour le module, sont faites avec les moyens du bord : un bloc secteur à sortie 12 V et une pile 4,5 V ou un coupleur pour trois piles 1,5 V. Il n’y a rien d’autre à faire que de raccorder le socle DIN 5 broches au module et aux alimentations, sauf bien sûr de brancher la télécommande sur ce socle.

Schéma côté centrale

Schéma d’essai côté centrale

Ici, l’alimentation du module radio est repiquée sur celle du bus XpressNet (12 V) grâce à un régulateur de tension LM7805, largement surdimensionné, mais pratique pour le câbler « en l’air », comme on va le voir ci-dessous.

Raccordements

Raccordement de la centrale

Voici une vue des connexions à réaliser côté centrale. On voit que le régulateur de tension est simplement raccordé sur un domino à trois bornes. Côté module radio, j’ai réalisé un connecteur avec une barrette de broches mâles au pas de 2,54 mm : elle est d’abord soudée sur un morceau de circuit imprimé pastillé, puis une broche sur deux est coupée, car le pas du bornier du module est de 5 mm. Cela permet une connexion / déconnexion bien plus rapide et plus sûre — moins de risques d’erreur de branchement — qu’avec des fils volants, au cas où il faudrait reprogrammer le module comme on l’a vu à la page précédente. Et ce cas s’est présenté à quelques reprises (je suis modeste)…

Le câble muni d’une fiche DIN (mal refermée d’ailleurs) est récupéré d’un cordon USB dont nous commençons à être pourvus en abondance. Celui-ci est presque idéal, puisqu’il présente les mêmes couleurs de fils que le bus XpressNet, à part le blanc au lieu du jaune.

D’ailleurs, côté adaptateur USB / RS485, j’ai prévu le même connecteur. Et côté commande à main aussi bien sûr.

Module branché sur l’adaptateur USB / RS485 pour une configuration.

Raccordement de l’adaptateur USB

Premiers essais

Disons-le tout de suite : ça ne marche pas !

Le module côté commande à main a sa LED verte allumée qui s’éteint brièvement de temps en temps. La commande à main affiche des tirets, et à intervalles réguliers, affiche des 8, donnant l’impression qu’elle cherche à communiquer. Côté centrale, le module a sa LED rouge allumée, avec une brève extinction de temps en temps.

L’ennui est que ces cas de figure ne sont pas mentionnés dans la documentation — indigente — des modules. Les seules indications relativement proches sont : LED rouge clignotante = émission ; éteinte si émission terminée. LED verte 1 éclair si réception.

Outre différentes vitesses de transmission, tant au niveau de l’UART qu’à celui de la transmission radio, j’ai aussi essayé en diminuant la puissance d’émission, de 20 à 14 dB par exemple. Tous ces tests ont échoué lamentablement.

Voilà. J’en suis à ce triste constat. Si des spécialistes en transmissions pouvaient se pencher sur le cas… Notez que j’ai des soupçons. En effet, j’ai regardé les caractéristiques des modules industriels dont j’ai parlé au début : aucun n’est capable de transmettre à 62 500 bps. Ça plafonne en général aux alentours de 50 000 bps. Alors, les caractéristiques de mes modules seraient-elles mensongères ? Ou la fréquence d’émission limitée à 115 200 bps est-elle responsable, alors qu’en théorie il faudrait au moins 125 000 ? Ou encore serait-ce dû au fait que le protocole Lenz soit sur 9 bits au lieu de 8 habituellement ?

À suivre ?